Vert, couleur du temps ordinaire

13 Jan 2021

Après avoir célébré l’Épiphanie, les chrétiens catholiques sont rentrés dans le temps ordinaire. Pour ce temps, que l’on appelle aussi « le temps de l’Église », l’Église utilise le vert, la couleur de la croissance et de l’espérance, la croissance de l’Église grâce à la sève venue de Dieu !

Le calendrier liturgique s’est élaboré progressivement au fil des siècles. Son dernier remaniement date de 1969, dans le prolongement de la réforme liturgique décidée au concile Vatican II.

La première période commence avec la fête du Baptême du Christ, qui suit l’Épiphanie et marque la fin du temps de Noël. Elle s’achève à la veille du mercredi des Cendres qui est le début du Carême. La seconde période de temps ordinaire débute après la Pentecôte et se poursuit jusqu’à la fin de l’année liturgique, la nouvelle année démarrant avec le premier dimanche de l’Avent.

Dans ce calendrier, le temps dit ordinaire désigne les périodes autres que les deux temps forts célébrés par l’Église : d’une part, l’Avent et le temps de Noël ; d’autre part, le Carême, la fête de Pâques et le temps pascal jusqu’à la Pentecôte.

 Le « temps ordinaire » n’a d’ordinaire que le nom. En dehors de Noël et du temps pascal, c’est l’ensemble du temps liturgique qui permet aux fidèles de vivre sur une année complète tout le mystère du salut accompli par Jésus-Christ. La première période du temps ordinaire va du lundi suivant la fête du Baptême de Jésus (célébré le dimanche après l’Épiphanie) au mercredi des Cendres (non compris) ; la seconde période s’étend de la Pentecôte au premier dimanche de l’Avent (non compris), qui ouvre la nouvelle année liturgique.

 À quoi sert ce temps ?

Dès les origines, l’Église a voulu que les fidèles revivent sur une année entière les événements de l’histoire du salut accomplis par Jésus-Christ. Pendant le temps ordinaire, lorsqu’on ne commémore pas un fait précis de la vie du Christ, de la Vierge Marie ou d’un saint, c’est le dimanche lui-même, « Pâque hebdomadaire », qui est valorisé comme « jour de fête primordial qu’il faut proposer et inculquer à la piété des fidèles » (Sacrosanctum Concilium n°106).

Le temps ordinaire donne aussi aux fidèles l’occasion de progresser dans leur connaissance et leur compréhension des grands textes bibliques. Pendant les dimanches « ordinaires », en effet, à l’inverse des temps forts de l’année où les lectures sont choisies de façon thématique, on fait une lecture continue des textes (Épîtres et Évangile) de l’année en cours, selon un parcours conçu sur trois années A, B et C (on est actuellement dans l’année A, consacrée à l’Évangile de saint Matthieu). En semaine, on lit les quatre Évangiles en une année et des passages importants d’autres livres de la Bible en deux ans.

 Comment fonctionne-t-il ?

 L’année liturgique comprend en fait deux cycles qui se superposent. Le temps ordinaire s’insère dans le cycle liturgique de base, dit « temporal ». Axé sur les événements de la vie du Christ, ce cycle a prééminence sur le cycle « sanctoral », consacré aux fêtes des principaux saints. La mobilité de la fête de Pâques et du temps liturgique qui en dépend, le fait que d’autres fêtes à date fixe tombent parfois le dimanche ont conduit à fixer des règles précises qui permettent de combiner ces deux cycles.

Au fil des siècles, on avait ajouté dans l’année de très nombreuses fêtes de saints qui finissaient par éclipser la célébration du mystère pascal lui-même. Pour éviter cette dérive, Vatican II a largement revalorisé la célébration du dimanche, et a par ailleurs réduit le nombre des saints devant être fêtés par l’Église universelle, en confiant à chaque Église locale, nation ou ordre religieux la liberté de fêter les autres.

 Aujourd’hui, pendant le temps ordinaire, les dimanches sont toujours célébrés, sauf s’ils coïncident avec une grande fête dite « solennité » du Seigneur, de la Vierge ou des saints (leur nombre est limité à onze dans l’année). En semaine, on célèbre toujours les fêtes et les mémoires « obligatoires » des saints ; les autres jours de la semaine, on a le choix entre les messes du temps ordinaire, les mémoires « facultatives » et les messes consacrées à des dévotions diverses (dites « votives »).

D’après un article de Béatrice Bazil  paru dans la Croix 24 septembre 2011 (supplément Religion et Spiritualité.

À découvrir aussi …

Conférences du parcours « Puiser à la source »

Conférences du parcours « Puiser à la source »

Les Conférences du parcours "Puiser à la Source" reprennent pour la 3ème année, au monastère des sœurs clarisses, au Rameau de Nieul-sur-Mer, ce samedi 25 septembre, de 14h30 à 16h15. Cette formation vise à aider les participants à entrer davantage...

lire plus
Homélie de Mgr Colomb du dimanche 19 septembre 2021

Homélie de Mgr Colomb du dimanche 19 septembre 2021

Dimanche 19 septembre. 25e dimanche TO. Sg 2, 12.17-20; Ps : 53, 3-4, 5, 6.8; Jc 3, 16–4, 3; Mc 9, 30-37 La liturgie de ce jour nous renvoie à la vie de nos communautés, la vie de nos familles, la vie de nos entreprises. Elle nous renvoie à cette...

lire plus