Extraits de l'homélie donnée par Mgr Colomb le dimanche 29 octobre 2017

29 Oct 2017

Extraits de l’homélie donnée par Mgr Colomb en l’église de Corme-Royal dimanche 29 octobre 2017 en présence de M. le Maire Alain Margat 

 

L’apprentissage de la fraternité

Le visage de Dieu que nous révèle le Livre de l’Exode dans cet extrait est celui de la compassion « car je suis compatissant » dit Dieu. La compassion c’est la capacité à prendre pitié et à rétablir la justice et le droit. Entré en Palestine, le peuple d’Israël s’est sédentarisé. C’est à lui maintenant de veiller à l’accueil des migrants, à la protection des veuves et des orphelins, des pauvres aussi. Mais son cœur est  prompt à s’endurcir, oublieux des souffrances de l’esclavage.
Dieu se souvient. Il rappelle les fondements de sa Loi : la miséricorde pour les plus faibles, l’immigré, la veuve, l’orphelin, le pauvre contraint d’emprunter. Toute la loi d’Israël s’enracine dans l’expérience de l’Exil, de la servitude et de la libération. Le Dieu d’Israël est le Dieu qui sauve et sa loi est celle de la miséricorde pour les plus démunis.
Aux chapitres 19 et 20 du Livre de l’Exode Dieu interpelle son peuple : « Vous avez vu vous-mêmes ce que j’ai fait à l’Egypte, comment je vous ai portés comme sur des ailes d’aigle et vous ai fait arriver jusqu’à moi » (Ex 19, 4) et « C’est moi le Seigneur  ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude » (Ex 20, 2).
Pour celui qui a fait l’expérience de la pauvreté, de l’humiliation, de l’injustice, il devrait être aisé de se souvenir et de « se mettre à la place » de l’autre. Mais voir en tout homme un frère est un long apprentissage. Rappelons-nous nos temps de servitude personnelle et communautaire !
L’expérience de David que nous rappelle le psaume vient conforter notre foi : Dieu nous protège ! Comme David, nous pouvons compter sur la protection de Dieu : « Quand je fais appel au Seigneur, je suis sauvé de tous mes ennemis. Lui m’a dégagé, mis au large, il m’a libéré, car il m’aime». Nous ne pouvons pas demander la protection de Dieu si nous-mêmes ne prenons pas conscience qu’en soulageant la misère de nos frères, en leur apportant la sécurité, la dignité qui leur manque, c’est notre propre dignité d’enfant de Dieu que nous préservons !
…..

L’amour conduit sur le chemin de l’homme,  le chemin de la fraternité en actes tandis que l’idolâtrie enferme l’homme dans l’individualisme et l’égoïsme !

La communauté de Thessalonique avait fondé l’église la plus vivante et la plus féconde du premier siècle (Actes 17,1-9).  Pourtant le contexte n’était pas favorable.  C’est  » au milieu de bien des épreuves » que la Parole de Dieu a été accueillie ». L’exemple de l’église de Thessalonique a rayonné bien au-delà des limites de la Province :  » Vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et de Grèce.  Et ce n’est pas seulement en Macédoine et en Grèce qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout. »
Missionnaire, la communauté de Thessalonique affronte les épreuves avec courage, patience et persévérance, comme l’Apôtre lui-même l’avait fait : « Vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien. Et vous-mêmes, en fait, vous nous avez imités, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves avec la joie de l’Esprit Saint « .
….
La mission rencontre souvent indifférence, hostilité ouverte et  persécutions parfois. Mais l’Esprit Saint nous précède et le signe de cette présence c’est la joie.  La conversion du cœur c’est ce retournement qui passe par un détournement. Les disciples ont su se détourner des « idoles » et se convertir à Dieu. Les « idoles » ce sont les divinités païennes si nombreuses au premier siècle. Il peut s’agir aussi d’une représentation défigurée de Dieu. « Fuyez le culte des idoles ! » disait Paul aux Corinthiens  (1 Co 10, 14). Cet appel à fuir les idoles reste d’actualité  rappelait le Pape Benoit XVI lors de sa visite à Paris :
 » Le monde contemporain ne s’est-il pas créé ses propres idoles ? N’a-t-il pas imité, peut-être à son insu, les païens de l’Antiquité, en détournant l’homme de sa fin véritable, du bonheur de vivre éternellement avec Dieu? C’est là une question que tout homme, honnête avec lui-même, ne peut que se poser. Qu’est-ce qui est important dans ma vie ? Qu’est-ce que je mets à la première place? Le mot «idole» vient du grec et signifie «image», «figure», «représentation», mais aussi «spectre», «fantôme», «vaine apparence». L’idole est un leurre, car elle détourne son serviteur de la réalité pour le cantonner dans le royaume de l’apparence. Or n’est-ce pas une tentation propre à notre époque, la seule sur laquelle nous puissions agir efficacement? Tentation d’idolâtrer un passé qui n’existe plus…, tentation d’idolâtrer un avenir qui n’existe pas encore… L’argent, la soif de l’avoir, du pouvoir et même du savoir n’ont-ils pas détourné l’homme de sa fin véritable, de sa propre vérité ? »
….

L’amour du prochain, c’est le prolongement de l’amour de Dieu !

« Quel est le grand commandement ? » Voilà une question que posaient fréquemment les Pharisiens qui cherchaient à hiérarchiser les quelques 600 commandements de la Loi.  Ce n’est pas la première fois que Jésus est ainsi pris à partie par les représentants des principaux groupes juifs de son temps : les Pharisiens, mais aussi les  sadducéens et les hérodiens. Après avoir été questionné sur l’impôt dû à César (Luc 20,22-25) et sur la résurrection des morts ( Mt 16, 1-2) voici qu’on cherche à le prendre en défaut avec cette question « Quel est le grand commandement ? »
Jésus vit les derniers temps de sa vie terrestre. La foule l’a reconnu comme Messie et c’est à présent aux autorités religieuses de se prononcer. Chacune de ses paroles peut le condamner.  Interroger sur la Loi, il répond en citant la Loi mais sa réponse, va non seulement exposer un principe  théorique mais elle va aussi mettre à nu sa propre manière de vivre la foi. En citant le Deutéronome « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit » (Dt 6),  Jésus s’inscrit dans la pratique religieuse de son peuple et ne peut pas  être contredit. Mais il complète son propos immédiatement : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » citant le Lévitique (19,18). Il lie ainsi amour de Dieu et amour du prochain, affirmant que le  second commandement est semblable au premier. Jésus nous dit qu’il ne faut pas opposer deux amours, l’amour de Dieu et celui du prochain. C’est Jean qui nous donnera la clef : « Bien-aimé, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour est de Dieu, et que quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour » (1 Jean 4,7). L’amour authentique du prochain, malgré notre péché et notre fragilité, puise sa source dans l’amour même dont Dieu a aimé ce monde : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jn 3,16). L’amour du prochain est comme le prolongement de l’amour de Dieu et il en vérifie en quelque sorte l’authenticité. C’est par celui qui est le Tout Autre, qu’il nous est donné d’aimer en vérité l »autre », le prochain. Car la source de tout amour, c’est Dieu lui-même qui se donne en Jésus Christ.
Le vivre ensemble auquel vous êtes invités ici dans cette petite ville de Corme royal, la recherche du bien commun suppose de comprendre l’esprit des lois, des règlements, des institutions, de la laïcité. Il ne s’agit pas de séparer les hommes, mais de permettre, de faciliter la vie ensemble pour le service de chacun, c’est ainsi que Dieu sera glorifié. Votre présence, monsieur le maire, messieurs les élus est le signe de cette fraternité que nous sommes invités à vivre à la suite du Christ.
Nous sommes des porteurs d’amour dans ce monde, ne l’oublions pas et le signe de l’amour parfait, c’est le signe de la croix !
+ Georges Colomb

À découvrir aussi …

Le diocèse de La Rochelle lance une démarche synodale

Le diocèse de La Rochelle lance une démarche synodale

Retardée d’un an à cause de la crise sanitaire, la démarche synodale lancée par le diocèse de La Rochelle devrait être annoncée aux paroisses le jour de la Pentecôte, le 23 mai prochain. La démarche inter-doyennés sera ensuite lancée en...

lire plus
Deux ordinations dans le diocèse en 2021

Deux ordinations dans le diocèse en 2021

En juin 2021, le diocèse de La Rochelle comptera un nouveau prêtre et un nouveau diacre. Moïse Kiasa sera ordonné prêtre le 12 juin et Rémi Delprat, diacre, le 19 juin. Originaire du Congo, Moïse Kiasa sera ordonné prêtre pour le diocèse de La...

lire plus