Homélie donnée par Mgr Colomb à l'occasion du bicentenaire des Soeurs de la Providence de Saintes

30 Sep 2017

La Congrégation des Sœurs de la Providence de Saintes fête le bicentenaire de sa fondation.  Voici  des extraits de l’homélie donnée par Mgr Colomb samedi 30 septembre.

La présence de Dieu dans le monde :

Instant divin qui bouleversa l’histoire de l’humanité, la prophétie importante du livre d’Isaïe que nous avons lue en première lecture se réalise dans le récit de l’évangile de ce jour. Les descendants de David protégés par Dieu servaient-ils à quelque chose ?  Non et c’est un descendant de David d’un autre genre, d’une autre nature, qui, seul, pourra sauver le peuple de Dieu.
Dieu Emmanuel, Dieu avec nous. Ce ne sont pas seulement des bénédictions ou une libération miraculeuse qui nous sont envoyées par Dieu. A travers ce Fils, Dieu est présent parmi les bommes. Les promesses se réalisent « Je serai leur Dieu, ils seront mon peuple » (Osée, Ezéchiel, Apocalypse, Matthieu). Cela se fait grâce au choix de l’homme par Dieu. Cette réalisation des prophéties confère à l’homme une dignité inimaginable. Le fait que Dieu dans le sein de Marie fasse corps avec l’humanité nous montre la beauté et la grandeur de l’homme. L’homme par l’humilité de Dieu qui se fait homme est appelé à une vie dans le Christ, comme nous le dit l’épître aux Philippiens, une vie spirituelle, il s’élève par l’abaissement divin. Mais cette élévation est un appel pour lui à la mission. Et quelle mission ? Et bien, celle de rejoindre les hommes, celle de suivre le chemin divin de la kénose. La kénose de l’homme élevé par Dieu lorsque l’homme rejoint ses frères et soeurs, tout spécialement les plus petits et pour quoi, pour qui, doit-il rejoindre ses frères et soeurs les humains ? Pour leur faire partager la joie, pour leur procurer la dignité que la visite de Dieu auprès des hommes a définitivement établies….

Vous êtes les servantes de l’amour :

Mes sœurs, vous aussi avez été choisies par Dieu pour incarner sa bonté auprès des orphelins, auprès de vos élèves, auprès de nos frères et sœurs aînés. Dieu a besoin de nous pour être présent dans le monde, besoin de nos mains, besoin de nos sourires, besoin de nos paroles pour proclamer la Parole, l’unique Parole. Et comme il le fait avec Marie, il nous invite à dire « oui ». Notre oui, à la suite du oui de Marie change tout. Le doute fait place à la vérité,  les belles idées, les projets font place à l’amour ! Les idéaux, les projets pour les lendemains qui chantent disparaissent pour laisser toute sa dimension à la rencontre. Nous passons du monde des idées à la réalité d’une rencontre personnelle avec le Christ. L’amour emporte tout sur son passage, non pas à la manière d’un ouragan, d’un cyclone, mais à la manière des grains de blé qui font des champs ondulant sous la brise et le soleil. A la suite de Marie, mes soeurs, vous êtes les femmes du oui, les servantes de l’amour !

La vie consacrée, modèle de vie fraternelle pour notre société :

Acceptons, frères et sœurs, la venue du Christ en nous, dans notre vie. De notre oui, dépendra demain notre avenir. C’est le propre de la vie consacrée, de la vie religieuse, de porter Dieu en soi et  de l’offrir au monde comme le Père, par Marie, a offert son fils à l’humanité. Le fruit de ce oui, c’est la joie qui trouve son accomplissement dans la vie consacrée, dans la vie conjugale, lorsque les époux se disent oui l’un à l’autre, dans la vie familiale, lorsque les époux accueillent la vie. La  vie consacrée, votre vie est un modèle de sobriété, de simplicité, de partage fraternel dans un monde qui gaspille, qui promeut l’individu et oublie la personne, la communauté. Aujourd’hui, beaucoup plus que des oeuvres admirables telles celles que vous avez accomplies en 200 ans, nous rendons grâce à Dieu pour la consécration de vos vies, pour la vie fraternelle qui est la vôtre. Le Pape Jean XXIII a dit que la famille était une petite Eglise, nous pouvons dire que la communauté que vous formez ici et ailleurs dans le monde est une grande famille.
La vie en Dieu est une mission pour le salut, pour le bonheur du monde. Votre oui, mes sœurs, le jour de vos vœux perpétuels, vous a ouvert un chemin grandiose, inconnu, et chaque jour repousse toujours plus loin l’horizon, allonge la marche, donne des perspectives nouvelles, des défis à relever. Cette rencontre entre Dieu et l’homme est faite de fascination et de crainte. Fascination face à celui qui comble notre attente, nous ouvre un avenir et crainte respectueuse, révérencielle d’un face à face qui dépasse l’homme…. En Marie, Dieu nous rejoint, il fait le premier pas et la rencontre avec le Fils par les premiers disciples et leurs successeurs jusqu’à aujourd’hui nous permet de passer du stade de la crainte, de la fascination, du merveilleux au concret de l’amour vécu, engagé, donné pour le salut des hommes. Le dieu lointain est devenu un ami.
Dieu se donne dans un amour infini et le oui de Dieu est source de fécondité. Dieu met au grand jour et fait grandir les possibilités d’amour enfouies dans notre cœur. Il le fait en respectant la liberté de Marie et celle de Joseph avant leur mariage. Joseph et Marie ont été les gardiens du secret de Dieu. C’est dans la liberté et le silence que l’amour de Dieu fait grandir le royaume de Dieu. Marie ouvre la voie à l’homme pour dire oui à Dieu. C’est un chemin d’alliance avec Jésus. Ce oui renouvelle nos vies et nous entraîne bien au delà  de nos espérances ! Comme l’écrit le psalmiste « Dieu est la joie de ceux qui le cherchent ». Il leur ouvre les oreilles pour annoncer la justice.  Le oui que vous avez donné librement le jour de votre profession religieuse et que vous répétez chaque jour dans le silence de la prière est la joie de votre vie.
+ Georges Colomb
 

À découvrir aussi …