Décès de l’abbé Maurice Gaudin

2 Sep 2023

Mgr Georges Colomb, Mgr François Jacolin

et le diocèse de La Rochelle

ont la douleur de vous faire part

du décès de l’abbé Maurice Gaudin,

survenu le 30 août 2023,

à l’âge de 86 ans.

Né le 21 janvier 1937 à Saint-Sulpice-des-Landes (44), ordonné prêtre le 29 juin 1963 à Nantes, le Père Gaudin est nommé vicaire à Saffré (44) cette même année puis à Bouvron (44) en 1968.

En 1970, il rejoint le diocèse de La Rochelle et est nommé à l’équipe sacerdotale de Matha, avant de devenir auxiliaire à Saint-Jean-d’Angély.

Curé de Jarnac-Champagne, Lonzac, Celles, Saint-Martial-sur-Né, Neuillac et Neulles en 1977, doyen de Jonzac en 1981, il devient successivement curé d’Archiac, de Gémozac en 1986, du secteur paroissial de Mirambeau en 1991 et de Saint-Thomas-de-Conac en 1996, chargé de Saint-Fort-surGironde et de Saint-Dizant-du-Gua, Saint-Romain-sur-Gironde, Floirac et Lorignac de 1998 à 2000.

A partir de 1998, il devient aumônier de l’hospitalité diocésaine de Notre-Dame de Lourdes puis, à partir de 2001, aumônier diocésain de la FCPMH (Fraternité chrétienne des personnes malades et handicapées).

Il est curé du secteur pastoral de Montendre-Rouffignac de septembre 2004 à septembre 2009, devenant alors curé de la paroisse de la Petite Champagne (Archiac). En 2018, il est nommé prêtre coopérateur pour le secteur pastoral de Pont-l’Abbé – Saint-Porchaire.

Il devient l’aumônier des Petites Sœurs des Pauvres à Saintes en 2020. Il était également prêtre accompagnateur de l’équipe d’aumônerie de l’hôpital de Saintes.

 

Ses obsèques auront lieu

le jeudi 7 septembre 2023 à 15h

en la chapelle des Petites Sœurs des Pauvres à Saintes (29, rue Albin-Delage)

suivies de l’inhumation au cimetière des prêtres de Voiville.

Dans l’espérance de la Résurrection, nous prions pour lui et pour tous ses proches. 

 

Depuis deux ans et demi, je suis pris en charge matériellement dans la maison des Petites Sœurs  des pauvres à Saintes et j’y suis un retraité heureux dans une bonne maison de retraite. Que les sœurs, qui ont consacrées leur vie à  Dieu et aux pauvres en soient remerciées ! Sans elles, cette maison n’existerait pas.

Originaire d’une famille d’agriculteurs, en Loire Atlantique, et l’aîné d’une fratrie de quatre garçons et de quatre filles, j’ai été ordonné prêtre en 1963 à Nantes et nommé vicaire en deux paroisses rurales, du diocèse. Mais déjà avant d’être ordonné, je me posais la question de porter l’Evangile dans d’autres diocèses.

Dans celui de Nantes, tous les enfants du rural allaient au catéchisme, il y avait huit cents prêtres et au moins un prêtre pour chaque clocher, telle  n’était pas la situation de celui de La Rochelle, qui avaient peu de prêtres, peu d’enfants catéchisés et peu de personnes dans leurs églises, alors pourquoi ne pas rejoindre  ce diocèse  ou un autre?

L’évêque de la Rochelle ne pouvait qu’être d’accord et celui de Nantes, qui, lui aussi avait un esprit missionnaire a accepté  sans difficulté de me laisser partir.

C’est ainsi que je suis arrivé en 1970 à Matha, où j’ai vécu pendant quatre années avec les Pères de la Plaine, qui avaient en charge une grande partie du canton de Matha, puis trois ans comme vicaire à Saint-Jean-d’Angély.

En 1977, j’ai été nommé curé de Jarnac Champagne avec six clochers. En 1981, l’évêque m’a demandé de garder ces six clochers, d’en recevoir dix de plus et d’habiter à Archiac, chef lieu du canton. Pendant quelques années, j’étais alors, dans le diocèse, celui qui avait le plus de clochers.

En 1986, j’ai été nommé curé de Gémozac- Tesson. Là aussi,  avec seize clochers, plus peuplés que dans la région d’Archiac et avec le Père Guy Michel Résenterra, nous arrivions jusqu’aux portes de Saintes.

En 1991, j’ai été nommé curé de Mirambeau, avec le même nombre de clochers, j’ai eu la chance d’y rester treize ans, ce qui aujourd’hui serait impossible. J’y ai été très heureux, mais j’ai demandé à changer parce que, j’avais vu ailleurs des prêtres qui étaient restés trop longtemps dans leur paroisse et la paroisse ne s’était pas renouvelée.

C’est ainsi que j’ai été nommé à Montendre en 2004, puis renommé à Archiac pour la période 2009-2018que j’ai quitté en 2018, (57 ans  de responsabilité en paroisse).  Puis l’évêque m’a demandé de donner un petit coup de main au curé de Pont-l’Abbé-d’Arnoult pendant deux ans.

J’ai été un prêtre heureux dans le monde rural en cherchant à annoncer Jésus-Christ par les activités pastorales, animées aussi par de nombreux chrétiens qui avaient été éveillés par les mouvements d’action catholique. J’y ai reçu beaucoup de signes d’amitié, j’ai apprécié les rencontres de doyenné où prêtres et laïcs, nous nous informions de chemins possibles pour annoncer l’Evangile dans un monde qui changeait et je voudrais dire un merci aussi tout particulier pour les familles qui nous invitaient à leur table y compris parfois des jours de grande fête comme celle de Noël. Les prêtres ne fondent pas de famille et leur paroisse c’est cette famille-là qui leur est donnée.

Père Maurice Gaudin

11 avril 2023

À découvrir aussi …

Homme, femme, genre… un choix ?

Homme, femme, genre… un choix ?

Le service Eglise et Bioéthique, à la demande des doyennés, propose Un échange autour des questions du genre et de la transidentité le mercredi 24 avril, 18h30, à la salle paroissiale de La Jarrie (25 place de la Mairie). Cette soirée est ouverte à...

lire plus
Dimanche du Bon Pasteur : une neuvaine pour les vocations !

Dimanche du Bon Pasteur : une neuvaine pour les vocations !

Le dimanche 21 avril, l'Eglise célèbrera la 61é journée mondiale de prière pour les vocations. Avant ce jour, et en prévision du pèlerinage pour les vocations à l'Île Madame qui aura lieu le lundi de Pentecôte, le diocèse vous propose de prier pour...

lire plus