La beauté est une voie d’accès à Dieu

Publié le 4 octobre 2020

Homélie donnée par Mgr Colomb, le dimanche 4 octobre 2020, 27e dimanche T.O

Bénédiction de l’église paroissiale Sainte-Madeleine de Châtelaillon

Is 5, 1-7; Ps : 79, 9.12, 13-14, 15-16a, 19-20; Ph 4, 6-9; Mt 21, 33-43

L’église où nous sommes rassemblés aujourd’hui est déjà ancienne. Elle a vu se succéder des générations de paroissiens, elle voit passer des milliers de touristes chaque été. Tous ceux qui franchissent le seuil d’une église ne sont pas des catholiques pratiquants. Ils cherchent dans l’église un lieu de paix et ils espèrent y découvrir de la beauté, signe de la présence de Dieu. Aujourd’hui c’est ce même Seigneur qui nous rassemble pour vivre dans la joie et l’action de grâce ce moment d’inauguration de l’église Sainte-Madeleine de Châtelaillon.

Grâce à la volonté du maire M. Jean-Louis Léonard, de son successeur, du conseil, grâce à la mobilisation durant une année de multiples talents et de l’artiste M. Amaury Dubois, l’église est à nouveau prête à accueillir largement, croyants et chercheurs de Dieu. La beauté, particulièrement au travers de l’œuvre d’art, est une voie d’accès à Dieu qui nous a confié le monde, comme il a confié sa vigne aux vignerons, pour le transfigurer et le faire fructifier.

Créer, c’est affirmer que l’homme a un destin supérieur à sa condition mortelle. Créer, c’est toujours poser un acte de confiance en l’avenir et en l’homme. Créer, c’est poser un pas dans l’éternité. Nous sommes capables du pire comme du meilleur et quand nous unissons nos forces, un éclat de l’éternité peut rejoindre notre terre pour la joie de tous.

L’église ouverte à tous

Quel est le sens de l’église au cœur de nos villes et de nos villages ? On y célèbre Dieu venu en notre chair en Jésus Christ. On y célèbre les joies et les peines des hommes, du baptême à la sépulture. Les deux sont inséparables, les hommes et Dieu unis dans l’Alliance sainte. Car Dieu a voulu s’unir à l’humanité en lui livrant son fils unique comme nous le rappelle la parabole de ce jour.

Dieu veut rejoindre tous les hommes, au travers de l’espace et du temps et nos églises sont les lieux privilégiés de cette rencontre. Qu’importe si celui qui entre ici pense ne pas avoir la foi. Il y vient peut-être comme un touriste attiré par un article de presse, un dépliant de l’office du tourisme ou la mention de quelques lignes dans un guide touristique. Sans qu’il le sache peut être, voilé dans la beauté du lieu, dans le silence et la paix, c’est le Seigneur qui l’attend comme un père aimant.

Il est important que nos églises soient ouvertes, belles, accueillantes, chaleureuses de la chaleur même des communautés qui les animent et les fait vivre car elle dit quelque chose aux hommes et aux femmes de ce temps de l’amour de Dieu. Nous sommes particulièrement reconnaissants envers les communes de nos villes et de nos campagnes, envers toutes les collectivités territoriales qui investissent dans la restauration des lieux de culte, protègent le patrimoine local, le patrimoine français, envers les amis et bienfaiteurs de Châtelaillon. L’église est le lieu de la présence réelle, de la présence divine, elle est aussi la maison des hommes, ouverte à tous, sans distinction.

Signe de l’amour de Dieu

Car l’amour de Dieu est pour tous. A certains il est donné de le reconnaître dans le pain et le vin de l’eucharistie, corps et sang du Christ, dans la méditation de la parole, dans le pardon reçu. A d’autres qui sont en chemin il est donné de le découvrir dans la beauté. “Pour être saint nous dit le pape François, il n’est pas nécessaire d’être évêque, prêtre, religieuse ou religieux…”.

C’est “dans l’Église, sainte et composée de pécheurs [que] tu trouveras tout ce dont tu as besoin pour progresser vers la sainteté. Le Seigneur l’a remplie de dons par sa parole, par les sacrements, les sanctuaires, la vie des communautés, le témoignage de ses saints, et par une beauté multiforme qui provient de l’amour du Seigneur, « comme la fiancée qui se pare de ses bijoux » (Is 61, 10) (Pape François Gaudete et exsultate § 14 et 15).

Désormais, cette beauté est offerte à tous dans cette église restaurée de Châtelaillon. Puissent les hommes de ce temps, avec la grâce de Dieu, y découvrir un chemin de sainteté pour que rayonnent sur cette terre de Charente-Maritime, sur notre pays et sur le monde, l’appel de notre Seigneur à la paix, à l’amour et au partage dont la société civile a grandement besoin.

+ Georges Colomb

Evêque de La Rochelle et Saintes