8 novembre 2020 : homélie de Mgr Colomb

Publié le 8 novembre 2020

Les lectures de ce 8 novembre nous invitent à « être des veilleurs » et à nous préparer au royaume de Dieu. Les catholiques sont appelés à “porter toujours plus haut la lumière de l’Evangile et de la présence du Christ”. Retrouvez l’homélie de Mgr Colomb pour ce 32e dimanche du temps ordinaire.

Homélie de Mgr Georges Colomb

32e dimanche du Temps ordinaire
Dimanche 8 novembre 2020

Le temps de la veille est un beau temps de préparation pour ceux qui se lèvent de bonne heure : observer le jour qui se lève, scruter les signes de la journée qui s’annonce, des signes du Royaume, pour nous chrétiens, chercher des chemins de conversion à suivre, chercher comment nous allons bâtir cette journée, nos rencontres au nom de l’Evangile. Chercher les moyens d’une présence toujours plus aimante dans ce monde.

Comme se préparer ? En vivant sa foi avec ce souci de l’unité de notre vie, de sa cohérence pour que notre vie soit un témoignage. L’espérance doit nous habiter et être communicative, contagieuse auprès de nos compatriotes dans une société désenchantée.

Etre veilleur, c’est aussi se préparer à l’accueil de la sagesse de Dieu qui nous trace le chemin de la beauté de nos vies, de la bonté de la personne et nous invite à adopter un art de vivre qui nous place dans la suite du Seigneur, qui est le chemin la vérité et la vie.

La sagesse est à ceux qui la cherchent. Nous avons les moyens : la parole de Dieu, le sacrement de l’Eucharistie, de la réconciliation, la vie en Eglise. Dans la parabole de l’Evangile de ce jour, les jeunes filles partent ensemble à la rencontre de l’époux. C’est en famille, en Eglise que se prépare la rencontre avec le Seigneur.

Cette lampe éclairée des jeunes filles prévoyantes, c’est celle de notre âme, de notre baptême, c’est la venue de l’Esprit qui agit dans nos vies et nous conduit à la suite du Seigneur. C’est la Parole de Dieu qui est la lumière sur notre route.

En ce dimanche, demandons au Seigneur d’être des prévoyants habités par la Sagesse de Dieu. C’est-à-dire qui savent que la vie est belle dans la mesure où elle est ordonnée à la construction du Royaume, au service du bien commun, à la gloire de Dieu.

Si nous nous sommes de ceux qui préparent, qui veillent et ne subissent pas mais anticipent qui veulent que le Seigneur soit connu, alors nous ne serons pas abattus comme ceux qui n’ont pas d’espérance. Ne nous laissons pas endormir. Demandons au Seigneur d’être ces témoins qui portent haut la lumière du Christ dans le monde.