chapelle Ste Bernadette

Ce que nous désignons aujourd’hui comme la chapelle Ste Bernadette a été avant tout conçue comme un « centre socio-éducatif et scolaire », disposant à l’étage d’une « chapelle de secours avec sacristie ».

L’ensemble a été voulu et réalisé par Mgr MAURER.

L’architecte en a été J.MULLER, de Colmar, cabinet HAGENMULLER, 7 rue Kleber.

L’autorisation de construire par le Service des Affaires Domaniales – G. GASTON,  est signé du 25 mai 1978.

Descriptif de l’époque :

  1. A rez-de-chaussée basse : 5 petites salles, 1 grande salle de jeux et de récréation, locaux sanitaires et chaufferie
  2. Etage, à rez-de-chaussée haute : 2 salles, 1 chapelle de secours avec sacristie, hall d’entrée et escalier de communication avec le bas.

Aujourd’hui :

  1. Etage, à rez-de chaussée haute : la chapelle Ste Bernadette avec extension possible sur les 2 salles sur les côtés, sacristie, hall d’entrée et escalier de communication avec le bas
  2. A rez-de chaussée basse, rue de Normandie : un appartement, 3 petites salles à disposition des Scouts et Guides de France, 1 grande salle partagée avec les scouts et pouvant servir pour les réceptions, locaux sanitaires et chaufferie.

La chapelle Ste Bernadette

A l’entrée de la chapelle, nous sommes accueillis par une statue de Ste Bernadette.

Ste Bernadette

Bernadette SOUBIROUS (✝ 1879)

Fille aînée d’une famille de meunier que l’arrivée des moulins à vapeur jettera dans une extrême pauvreté, Bernadette Soubirous est accueillie en janvier 1858 à l’Hospice de Lourdes, dirigé par les Sœurs de la Charité de Nevers, pour y apprendre à lire et à écrire afin de préparer sa première communion. En février 1858, alors qu’elle ramassait du bois avec deux autres petites filles, la Vierge Marie lui apparaît au creux du rocher de Massabielle, près de Lourdes. Dix huit Apparitions auront ainsi lieu entre février et juillet 1858. Chargée de transmettre le message de la Vierge Marie, et non de le faire croire, Bernadette résistera aux accusations multiples de ses contemporains. En juillet 1866, voulant réaliser son désir de vie religieuse, elle entre chez les Sœurs de la Charité de Nevers à Saint-Gildard, Maison-Mère de la Congrégation. Elle y mène une vie humble et cachée. Bien que de plus en plus malade, elle remplit avec amour les tâches qui lui sont confiées. Elle meurt le 16 avril 1879. Elle est béatifiée le 14 juin 1925 puis canonisée le 8 décembre 1933.

Dans le sanctuaire

sanctuaire de la chapelle

Ste Bernadette et la Dame de Lourdes

Le Christ en croix (sans la croix)

Le tabernacle

Vitrail

Cloche

bénédiction de la cloche: Pâques 1986