défiguré

il était si défiguré
qu’il ne ressemblait plus à un homme  Is52

******************  
Dans la souffrance, la colère, la maladie… nous pouvons être défigurés au point de ne plus ressembler à un homme, au point de perdre en apparence toute humanité.  
Mais ce n’est qu’une perte d’humanité en apparence car nous sommes créés de manière irrémissible à l’image de Dieu, c’est ce que nous sommes comme humains.
——————  
Rien de plus absurde que ceux qui pratiquent la torture en croyant ainsi déshumaniser leurs victimes : c’est eux qui alors défigurent en eux-mêmes l’image de Dieu et ne ressemblent plus à l’homme.

Rien de plus inhumains que de nier humanité à un être sous prétexte qu’il soit défiguré ou pas encore figuré, et ne ressemble donc pas encore ou plus à un homme : avortement ou euthanasie…
************** 
il était si défiguré
qu’il ne ressemblait plus à un homme
dit le prophète Isaïe.  

Mais le Fils éternel du Père n’a jamais tant ressemblé à un homme que lorsqu’il s’est laissé défigurer.

Ph 2,6-8 Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’anéantit lui-même, prenant condition d’esclave, et devenant semblable aux hommes. S’étant comporté comme un homme, il s’humilia plus encore, obéissant jusqu’à la mort, et à la mort sur une croix !  

Le Fils éternel du Père n’a jamais tant ressemblé à un homme que lorsqu’il s’est laissé défigurer car notre humanité, autrement dit ce qu’il y a de divin en nous, ce en quoi nous sommes à jamais images de Dieu, c’est la seule chose qui demeure lorsque tout le reste a disparu.
——————  
O sublime paradoxe ! Dans l’anéantissement de Jésus sur la croix, nous contemplons sa divinité.
**************** 
Les temps actuels, l’épidémie qui sévit, nous rappellent notre faiblesse et notre mortalité.
La nature nous somme de redécouvrir la vraie nature de qui nous sommes.
Nous sommes à l’image de Dieu et appelés à Lui ressembler à jamais en étant vraiment humains.