saches que l’homme ne vit pas seulement de pain,
mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur  Dt 8

 
Le pain et la Parole de Dieu : l’eucharistie c’est les 2 à la fois.
***********************
« Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel :
si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement.  Jn 6
 

Ce discours dit du « pain de vie » aurait pu ne rester qu’une métaphore, qu’une parabole, pour nous dire que Jésus, Verbe de Dieu, est une Parole spirituellement nourrissante.
Mais Dieu est allé plus loin en matérialisant concrètement le don qu’il nous fait de lui-même comme d’une nourriture à travers le repas de l’eucharistie.  

La Parole nourrissante devient véritablement du pain.
Ou plutôt, le pain nourricier de chaque jour devient véritablement la matérialisation de la Parole de Dieu, devient comme la « chair du Christ ».  

La matière au sens chimique ne change heureusement pas : le pain reste du pain. Mais sa nature profonde est transformée : ce pain n’est plus du pain, c’est le Verbe de Dieu.  

L’eucharistie, c’est à la fois la nourriture du corps et la Parole qui nourrit l’âme.
——————-  
Cette double dimension de l’eucharistie a été manifestée miraculeusement à travers la vie exceptionnelle de Marthe ROBIN.
  Marthe Robin est née en 1902, malade à partir de 1918 jusqu’à être paralysée et alitée définitivement dès 1927.
A partir de 1930, lorsque la maladie atteint ses voies digestives, Marthe Robin ne peut plus manger. Comment parvient-elle à vivre ? L’Eucharistie devient, au sens propre, son unique nourriture. Ce n’est pas la substance de l’hostie qui la nourrit, car elle ne communie qu’une fois par semaine.
Marthe vit de l’Eucharistie :   « L’hostie me procure une impression physique de nourriture. Jésus étant tout mon corps, c’est Lui qui me nourrit. C’est comme une Résurrection. »  
Elle mourra – mais pas de faim- en 1981.
****************
Ce n’est pas ici la quantité de nourriture qui compte.
Miracle qui est pour nous un enseignement appliqué :  

Communier à une parcelle d’hostie, c’est recevoir Jésus Christ tout entier.
Le Christ n’est jamais divisé même quand il se laisse partager.
Quand Dieu se donne, il se donne tout entier, sans mesure et sans compter.
—————- 
Extrait de la séquence non abrégée :  

Sa chair nourrit, son sang abreuve,
mais le Christ tout entier demeure
     sous chacune des espèces.

On le reçoit sans le briser,
le rompre ni le diviser ;
     il est reçu tout entier.
************* 
saches que l’homme ne vit pas seulement de pain,
mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur  Dt 8
 

Les miracles eucharistiques comme celui vécu pendant des années par Marthe ROBIN sont de l’ordre de l’exception.
Mais ils sont pour nous comme un cri divin à ne délaisser ni le Corps ni l’Esprit mais à nourrir les 2 : annoncer la Parole de Dieu et combattre la misère.
En l’eucharistie, présence de l’Homme-Dieu, ces 2 réalités sont inséparables.