« Tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés » (Mc 6 : 56)

En ce temps de pandémie, Dieu nous invite à le toucher dans le sacrement de l’Eucharistie et dans l’adoration du Saint sacrement.

Ce texte si riche nous montre le magnifique pouvoir du contact avec la personne de notre Seigneur. Le plus petit contact physique peut opérer des miracles pour ceux et celles qui s‘approchent du Christ avec foi. Rappelons-nous la femme qui perdait du sang depuis 12 ans dans les évangiles synoptiques (Matthieu 9 :20 ; Luc 8 :43-48 ; Marc 5 : 25-34). Son pouvoir (Jésus) de guérison déborde de son cœur aimant et s’étend à ses vêtements

Quand nous recevons le corps du Christ sous la forme de l’hostie consacrée, est ce que nous communions avec la certitude que ce contact peut opérer des miracles dans nos vies ?

Dans le sacrement de l’Eucharistie nous recevons réellement le corps et le sang du Christ dans nos corps. Plus qu’une simple guérison de nos maladies physiques, la communion guérit nos âmes  et leur garantit la participation à la vie même de Dieu. Saint Ignace d’Antioche voit dans ce sacrement : «  la médecine de l’immortalité… ». Le profit de cette médecine d’immortalité consiste à être guéri de tout ce qui nous sépare de Dieu et des autres et aussi de dépasser les replis sur soi.

Le Pape émérite Benoit XVI dans son homélie du 21 Août 2011 nous dit : «  se nourrir du Christ est le chemin pour ne pas demeurer indifférent devant le sort de nos frères et sœurs… »

Comme ceux et celles qui furent guéris de leurs maladies en touchant la frange de son manteau, nous pouvons nous aussi être guéris de nos peurs et doutes de ce virus qui nous distancie. Entrons avec confiance dans ce mois de mai dédié à la sainte Vierge Marie.

abbé JEAN Rony