Les yeux fixés sur Jésus

Le temps que nous vivons est une épreuve. Épreuve humaine et épreuve de la foi. Depuis le   moment du déclenchement du Coronavirus et les décisions sanitaires et politiques qui s’en sont suivies, chacun est renvoyé à l’essentiel de sa relation au Christ, à l’Eglise et aux autres. Être éprouvé nous fait plonger dans le mystère de notre vie avec Jésus. Le démon nous tente: découragement, colère, repli sur soi, aigreur. Le Christ nous éprouve pour que nous regardions vers sa croix et la réalité de sa résurrection: solidarité, compassion, prière, miséricorde, conversion, adoration. Nous vivons ces jours loin de l’eucharistie, loin du Christ. Oui apparemment. Mais est-ce la réalité? Non! La prière est une immense chaîne de grâce qui nous lie les uns aux autres avec les personnes isolées, les familles qui se retrouvent, les personnels de santé, les malades. Car Dieu se fait proche pour nous donner son visage de miséricorde et d’amour. Nous ne pouvons pas être proches physiquement à cause des contraintes sanitaires, mais parce que le Seigneur s’approche de nous, nous sommes proches les uns des autres par le lien spirituel. La Parole de Dieu est vivante. Ainsi chaque jour en célébrant la messe, la grâce nous est donnée de vous rejoindre personnellement dans vos joies, vos doutes, votre maladie, votre isolement forcé, vos angoisses et vos actions de grâce. L’Eglise tout entière est présente  à  la  messe: celle de la terre et celle du Ciel, la Vierge Marie, les martyrs, saint Joseph, nos saints patrons, les anges. Et le monde lui-même dans l’offrande du pain   et du vin est associé à l’offrande du Christ. La situation actuelle renforce aussi nos liens avec la Vierge Marie. La simple prière du chapelet qui égrène les épisodes de la vie de Jésus et de sa Mère enracine notre vie dans l’essentiel: Dieu s’est fait homme, il a vécu, il a souffert, il est mort et ressuscité pour nous sauver; sa Mère nous le dit: «Faites tout ce qu’il vous dira!» Le chapelet est la prière de l’enfant et du pauvre qui attend tout de son Père. Pour le moment les églises restent ouvertes. C’est une grâce! Même si les déplacements personnels sont limités et surveillés, l’heure que nous prenons pour nous promener ou faire nos courses nous permet aussi de faire un détour par l’église de notre commune. Jésus nous y attend au tabernacle. Il est présent! Que le Seigneur soit notre joie et notre espérance! Restons unis!

Pères Sergio PEREZ et Guillaume SALIN
Curés des paroisses de Saintes