Accueil

Bienvenue dans le doyenné de Royan !

Dessiné par l’océan Atlantique, l’estuaire de la Gironde et le Seudre, le doyenné de Royan correspond approximativement à la Communauté d’Agglomération Royan Atlantique qui regroupe plus de 80 000 habitants répartis sur les cantons de Saujon, La Tremblade, Royan et Saintonge-Estuaire (Meschers-Cozes).

Traditionnellement lié au monde rural et à l’ostréiculture, son développement  humain et économique est de plus en plus porté par le développement du tourisme (sur la côte, la population est multipliée par dix lors des mois d’été) et l’arrivée constante de retraités qui aspirent à des jours ensoleillés et paisibles. 

Le doyenné de Royan est aujourd’hui composé de cinq paroisses, la Presqu’île d’Arvert (La Tremblade), Saint-Hilaire en Pays Royannais (Saint-Sulpice), Notre-Dame de l’Estuaire (Cozes), Sainte-Marie en Saintonge (Saujon) et Royan-Côte de Beauté, dont la vie est animée et accompagnée par neuf prêtres, cinq diacres permanents (bientôt sept), cinq Equipes Pastorales, deux animatrices pastorales et deux communautés religieuses, celles du Chemin Neuf à Sablonceaux et des Sœurs de Mormaison à Royan.

Avec une attention constance pour des propositions renouvelées quant à la transmission de la foi aux enfants et aux jeunes (Caté-vacances, Spi-days…), le doyenné de Royan a été amené très tôt en raison de son attractivité estivale et de son riche passé à développer une pastorale du tourisme et de l’accueil qui caractérise chacune de nos communautés depuis l’ouverture et le fleurissement de toutes les églises paroissiales aux sessions de l’abbaye de Sablonceaux en passant par les propositions de rencontres d’un soir en juillet-aout, les marches de nuit, les découvertes romanes… et une liturgie hospitalière à l’universalité de notre Eglise.

Localiser ma paroisse

Retrouvez
les doyennés

Et leurs paroisses

Description

Je soutiens mon église

Évangile du jour

En ce temps-là,
    des sadducéens
– ceux qui affirment qu’il n’y a pas de résurrection –
vinrent trouver Jésus.
Ils l’interrogeaient :
    « Maître, Moïse nous a prescrit :
Si un homme a un frère qui meurt
en laissant une femme, mais aucun enfant,
il doit épouser la veuve
pour susciter une descendance à son frère.

    Il y avait sept frères ;
le premier se maria,
et mourut sans laisser de descendance.
    Le deuxième épousa la veuve,
et mourut sans laisser de descendance.
Le troisième pareillement.
    Et aucun des sept ne laissa de descendance.
Et en dernier, après eux tous, la femme mourut aussi.
    À la résurrection, quand ils ressusciteront,
duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse,
puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »
    Jésus leur dit :
« N’êtes-vous pas en train de vous égarer,
en méconnaissant les Écritures et la puissance de Dieu ?
    Lorsqu’on ressuscite d’entre les morts,
on ne prend ni femme ni mari,
mais on est comme les anges dans les cieux.
    Et sur le fait que les morts ressuscitent,
n’avez-vous pas lu dans le livre de Moïse,
au récit du buisson ardent,
comment Dieu lui a dit :
Moi, je suis le Dieu d’Abraham,
le Dieu d’Isaac,
le Dieu de Jacob ?

    Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants.
Vous vous égarez complètement. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.