Homélie de Mgr Georges Colomb 17/11/2019


Homélie donnée à l’église du parc à Royan – célébration de la confirmation – 33 ème dimanche du temps ordinaire

Lectures : Ml 3, 19-20a     Ps 97 (98), 5-6, , 7-8, 9     2Th 3, 7-12     Lc 21,5-19

Une parole vraie et franche de Jésus pour un témoignage fort de chacun d’entre nous.
Comment trouver une Bonne Nouvelle pour nos amis qui vont recevoir le sacrement de la confirmation avec un message évangélique qui à première vue semble catastrophique ? Quelle est la Bonne Nouvelle ?


Jésus est dans le temple restauré, magnifique, embelli par le roi Hérode où il s’exprime librement comme le font les prophètes. Il sait ce qui l’attend et il donne un sens aux événements tragiques qui vont se dérouler, qui vont le toucher, lui en premier, puis la communauté chrétienne. Jésus prend l’homme au sérieux hier comme aujourd’hui ! Il voit la violence du monde et la constate, il ne cache pas la vérité. Le langage prophétique est un langage auquel la société civile ne nous habitue pas. Quel est l’homme politique qui nous invite à l’effort, à la persévérance ; il y en a eu quelques-uns au cours de l’histoire, ils ne sont pas nombreux. On se souvient du discours de Winston Churchill promettant aux Anglais des larmes et du sang lors de la deuxième guerre mondiale. Nous avons, nous aussi, à vivre les événements qui nous attendent sans être terrifiés, sans répondre à la violence par la haine parce que nous sommes aimés par le Père. Contrairement à ce que dit le dicton, ce ne sont pas les événements qui nous mènent, c’est l’esprit saint qui nous mène, qui doit nous inspirer si nous sommes à son écoute.

Jésus nous donne une mission, cette mission, c’est la vôtre, chers jeunes, qui allez être confirmés. Elle consiste à être ses témoins ; Jésus nous le demande : « Cela vous amènera à rendre témoignage, mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.. ». Qu’est-ce que c’est un témoin, chers amis ? Qu’attend-t-on de lui ? Et bien qu’il dise ce qu’il a vu, ce qu’il a entendu, ce qu’il a touché, ce qu’il a senti ! Vous mesurez la beauté de votre mission ! Parler du Seigneur, dire qui il est, dire ce qu’il a fait et continue de faire dans son Eglise, dire qu’il est venu pour nous sauver. Que marcher sur les chemins de la vie avec lui, cela a du sens pour vous aujourd’hui. Parmi vos camarades, vos relations, certains ne sont pas chrétiens. Ils doivent s’imaginer que la foi en Dieu vous transforme en magnétophone qui répète des formules de prière. Dites leur la vérité. Parlez leur des fruits de l’esprit saint en vous, parlez leur des dons de l’esprit saint ; Dites leur combien à cette période de choix importants pour vous dans les années qui viennent, vous croyez en un Dieu, le Dieu de Jésus-Christ qui vous aime, qui vous prend pour des jeunes adultes, des hommes libres,  qui vous invite à aimer et à respecter, sa création, la nature, les hommes et les femmes, le travail bien fait qui contribue au service du bien commun, les études et la formation professionnelle qui assureront votre avenir ; Dites leur combien la prière est précieuse, que c’est un temps privilégié d’écoute des conseils divins de l’esprit saint, de silence pour pouvoir mieux repartir, pour prendre les décisions importantes qui concerneront votre vie affective dans quelques années. A propos, vous allez recevoir le sacrement de la confirmation, quel est le prochain rendez-vous sacramentel pour vous, quel est le prochain sacrement qui vous attend ?

Suivre le bon chemin

Il arrive de prendre le temps de se poser pour réfléchir sur le sens de notre vie, sur son aboutissement. C’est sans doute un exercice auquel se livrent davantage les adultes, mais les jeunes le font également, je le sais. Les lectures de ce jour nous y invitent. Le livre de Malachie nous annonce la venue du jour du Seigneur en distinguant le sort de ceux qui auront aimé Dieu et l’humanité et ceux qui auront fait n’importe quoi au cours de leur vie. Jésus, dans l’évangile, annonce la destruction du temple et de nombreuses catastrophes que nous pouvons connaître aujourd’hui dans telle ou telle partie du monde. En cet avant dernier dimanche de l’année liturgique, l’Eglise nous invite à méditer sur la fin des temps, sur la parousie, la seconde venue de Jésus. Elle veut que nous pensions aux fins dernières de l’homme. Vous vous demandez sans doute, chers jeunes amis, ce que cela signifie ! et bien sachez le : la vie ressemble à un voyage. Si nous voulons arriver à bon port, il faut prendre les moyens pour cela. Jésus nous donne une réponse en nous disant : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer » et il nous avertit au sujet des difficultés qui nous attendent. En effet, chers amis, l’évangile dérange, ce n’est pas de la guimauve, c’est un livre de vie, un livre qui annonce à l’humanité le chemin de la vraie vie, du bonheur selon Jésus et bien sachez le, ce message évangélique dont vous devenez un peu plus les témoins par le sacrement de la confirmation, ce message dérange beaucoup de gens ! Il indispose les tyrans, les menteurs, ceux qui vivent du trafic des êtres humains, ceux qui ne respectent pas les droits de l’homme, ceux qui abîment la nature, la liste est très longue et c’est pourquoi Jésus nous annonce des persécutions. Saint-Paul dans sa lettre aux Thessaloniciens nous invite à veiller, à travailler dans le calme pour manger le pain que nous aurons gagné. La route de la vérité n’est pas un chemin tranquille, mais Jésus nous donne les moyens pour le voyage : la persévérance, les sacrements comme celui que vous allez recevoir, mais aussi le sacrement de la réconciliation, l’eucharistie.

Réfléchir sur le but du voyage nous fait du bien, cela ne doit pas nous effrayer. Bien au contraire cela permet de ne pas avoir peur de la mort et surtout cela permet de ne pas se tromper de ticket, Achetez le billet du  ciel, chers amis, faites le par la cohérence et l’unité de votre vie, par l’amour que vous aurez pour Dieu et les uns pour les autres. Déchirez le billet de l’enfer, ne suivez pas le chemin de la facilité. Sachez le ! C’est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie. Rappelez-vous ce message du Seigneur. Bonne route sur le chemin du bonheur avec Jésus et n’oubliez pas de prendre les auto-stoppeurs !

+Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et Saintes