INTRODUCTION AU THÈME :

SILENCE DE VIE 

« Un arbre mort qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse ».

Nous avons dit dans l’introduction que saint Joseph ne parle pas dans l’évangile et que l’évangile ne parle pas beaucoup de lui. Il est l’époux de Marie et le père que Dieu a voulu pour son Fils. Il est charpentier à Nazareth. Au-delà de la vie sociale et religieuse, son métier le met vraisemblablement en relation avec une bonne partie de la population de son village. Tout le monde à un moment ou à un autre demande conseil au charpentier ou a besoin de lui. A Nazareth, on connaît le charpentier C’est d’ailleurs comme cela qu’on le nomme quand Jésus étonne ses compatriotes lors de son enseignement dans la synagogue de Nazareth : « Celui-là n’est-il pas le fils du charpentier ? ». Mt 13, 55. Il semble que Dieu ait voulu entourer Joseph de silence, qu’il ait voulu ce silence pour la sainte famille, et d’abord pour Jésus lui-même comme l’écho sur terre du « silence éternel ». Le silence n’est pas l’absence de bruit. Le silence n’est pas l’absence de paroles. Le silence qui habite saint Joseph et qu’il rayonne n’est pas un « silence de mort » mais un silence de vie dont la source est d’abord en Dieu.

I/ ÉCRITURE SAINTE

ANCIEN TESTAMENT

« Élie se leva, mangea et but. Puis, fortifié par cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à l’Horeb, la montagne de Dieu.

Là, il entra dans une caverne et y passa la nuit. Et voici que la parole du Seigneur lui fut adressée. Il lui dit : « Que fais-tu là, Élie ? » Il répondit : « J’éprouve une ardeur jalouse pour toi, Seigneur, Dieu de l’univers. Les fils d’Israël ont abandonné ton Alliance, renversé tes autels, et tué tes prophètes par l’épée ; moi, je suis le seul à être resté et ils cherchent à prendre ma vie. »

Le Seigneur dit : « Sors et tiens-toi sur la montagne devant le Seigneur, car il va passer. » À l’approche du Seigneur, il y eut un ouragan, si fort et si violent qu’il fendait les montagnes et brisait les rochers, mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan ; et après l’ouragan, il y eut un tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ;

et après ce tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n’était pas dans ce feu ; et après ce feu, le murmure d’une brise légère.

Aussitôt qu’il l’entendit, Élie se couvrit le visage avec son manteau, il sortit et se tint à l’entrée de la caverne. Alors il entendit une voix qui disait : « Que fais-tu là, Élie ? » 1 R, 19, 8-13

Le Seigneur vint, il se tenait là et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » Et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. » 1 sam 3, 10

« Qui est attentif à la parole trouve le bonheur ». Pr 16, 20 

« Les paroles aimables sont un rayon de miel : Pr 16, 24 

Doux au palais, salutaire au corps. »

« Des pommes d’or avec une ciselure d’argent

Telle est une parole dite à propos. » Pr 25, 11 

NOUVEAU TESTAMENT

« Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. » Mt, 6,6

« La langue, au contraire, personne ne peut la dompter : c’est un fléau sans repos. Elle est pleine d’un venin mortel. Par elle, nous bénissons le Seigneur et Père, et par elle nous maudissons les homes fait à l’image de Dieu. De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi. La source fait-elle jaillir par la même ouverture le doux et l’amer ? Un figuier, mes frères, peut-il donner des olives, ou une vigne des figues ? L’eau de mer ne peut pas non plus donner de l’eau douce. . » Jc 2, 8-12 

« Si quelqu’un ne commet pas d’écart de paroles, c’est un homme parfait, il est capable de réfréner tout son corps. » Jc 3,2 

« De votre bouche ne doit sortir aucun mauvais propos, mais plutôt toute bonne parole capable d’édifier, quand il le faut et de faire du bien à ceux qui l’entendent. » Ep 4,29 

II/ TRADITION SPIRITUELLE ET THÉOLOGIQUE

« Un homme peut garder le silence extérieurement et au fond du cœur condamner son prochain ; autant vaudrait parler tout le jour. Il en est qui parlent du matin au soir et ne violent pas la loi du silence ; c’est qu’ils ne prononcent pas une parole sans motif. »

            Abba Poemen (père du désert)

« « Mieux vaut se taire et être que parler sans être. Il est bon d’enseigner, si celui qui parle agit. Il n’y a donc qu’un seul maître, celui qui ‘a dit et tout a été fait’ et les choses qu’il a faites dans le silence sont dignes de son Père. Celui qui possède en vérité la parole de Jésus peut entendre même son silence, afin d’être parfait, afin d’agir par sa parole et de se faire connaître par son silence. »

Saint Ignace d’Antioche (35-115), Lettre aux éphésiens,15, 1 

« Qui pourra comprendre toutes les souillures que nous contractons par cet organe si petit en lui-même, et combien d’impuretés s’amassent sur les lèvres incirconcises ? Il y a la langue dissolue, qui ne sait se contenir, et se répand dans des conversations sans fin ; il y a la langue fourbe, qui devient tantôt menteuse et tantôt flatteuse ; il y a enfin la langue médisante, qui parfois lance des injures à la face, et parfois déchire en secret. »

Saint Bernard  Div. De triplici custodia, manus, linguae et cordis

« Le Père n’a prononcé qu’une parole et ce fut son Fils. Et cette parole, il la prononce toujours en un silence éternel, et c’est en silence qu’elle doit être entendue par l’âme. »

Saint Jean de la Croix (1542-1591), Puntos de Amor, 21

« Pour rentrer dans le silence, il ne suffit pas d’arrêter le mouvement de ses lèvres et le mouvement de ses pensées. Ce n’est là que se taire. Se taire c’est une condition du silence, mais ce n’est pas le silence. »

Dom Agustin Guillerand, Silence cartusien, Editions Sainte-Madeleine, Le Barroux       

« Le cartusianisme repose sur un fond de silence que vous connaissez et que vous aimez. C’est en ce fond que naît pour chacun de nous Celui qui est la Parole éternelle. Toute notre vocation est là : écouter Celui qui engendre cette Parole, et en vivre. La Parole procède du Silence et nous nous efforçons de l’atteindre…C’est que le Silence dont il s’agit n’est pas un Vide et un Néant, c’est au contraire l’Etre en sa plénitude féconde ».

Dom Agustin Guillerand, Silence cartusien, Éditions Sainte-Madeleine, Le Barroux,

« Nous pouvons demander au Seigneur d’avoir « …une âme de silence qui se tient comme une lyre sous la touche mystérieuse de l’Esprit-Saint, afin qu’il en fasse sortir des harmonies divines. »

            Bienheureuse Élisabeth de la Trinité (1880-1906), Dernière retraite, 13ème oraison

III/ L’ENSEIGNEMENT DE L’ÉGLISE

Dans l’Évangile, « il n’y a pas un seul mot prononcé par Joseph ». Les paroles de son discours de consentement ne sont même pas rapportées : « Oui, je le ferai ». Matthieu écrit : « “Quand il se réveilla, Joseph fit comme le lui avait ordonné l’ange”. Sans parler ». Et Joseph embrassa ainsi, « dans le silence », son rôle de parent qui aide à grandir. Joseph « laisse grandir, protège, aide, mais en silence ». Un verbe résume cette attitude : « accompagner »…« Très souvent, les parents voient leurs enfants qui ne font pas de bonnes choses, et parfois, ils leur parlent, mais d’autres fois, ils sentent qu’ils ne doivent pas parler et regarder de l’autre côté. Telle est la sagesse des bons parents, qui savent éduquer. Même s’ils voient leur enfant qui passe un moment difficile, qui prend un mauvais chemin, ils attendent le moment de parler. Ils ne le réprimandent pas tout de suite : ils attendent et cherchent le moment opportun pour prononcer le mot qui fait grandir ». C’est un style qui renvoie à celui de Dieu, à sa « patience » à l’égard de l’homme. »

                                                Pape François, Homélie du 18 décembre 2018

« Qu’est-ce que cela signifie : entendre le silence de Jésus et le connaître à travers son silence ? » « Nous savons par les Évangiles que Jésus passait fréquemment des nuits seul « sur la montage » en prière, en conversation avec son Père. Nous savons que son discours, sa parole, vient du silence et n’a pu mûrir que là. Il est donc raisonnable de penser que sa parole ne peut être correctement entendue que si nous aussi, nous entrons dans son silence, si nous apprenons à l’entendre de son silence. » Benoît XVI

IV/ QUESTIONS :

1/ Y-a-t-il des circonstances où : je ne supporte pas le silence – où j’apprécie le silence – où j’ai absolument besoin de silence ?

2/ Quelle est la place du silence dans ma prière ? Qu’est-ce qui m’aide à entrer dans le silence quand je prie ?

V/ JE PRENDS UNE RÉSOLUTION CONCRETE POUR CETTE SEMAINE (jusqu’à dimanche)

PRIERE A SAINT JOSEPH

« Dieu vous a enrichi de grâces si abondantes

Vos bras ont porté le Sauveur Enfant

Vos yeux l’ont vu grandir

Vous êtes béni entre les hommes

Et béni es le fils de votre épouse virginale, Jésus

Saint Joseph élu pour être père du Fils unique de Dieu

Priez pour nous pendant que nous demeurons ici-bas

Au milieu des soucis de famille, de santé et de labeur

Et veuillez nous secourir à l’heure de la mort

Amen »

Prière tirée de : Chanoine Joseph Schafer,

Allez à Joseph, ed. du Parvis, Hauteville, p. 43